district 1660

Rotary International
Accueil Qui sommes-nous ? Nos actions Espace membres
 

Conférence & Dîner à Neauphle
La mondialisation à la sauce chinoise
par Pierre Dhomps

Lieu: restaurant 'La Griotte'
58 avenue de la République 78640 Neauphle-le-Chateau

La conférence s'adresse à tous ceux désirant comprendre les mouvements géostratégiques et leur impact sur l’économie mondiale.

.Le projet 'One Road One Belt' à 900 milliards de dollars, favori du président chinois pour que la Chine retrouve une place éminente, vise à forger de nouveaux liens entre l’Asie et l’Europe et couvre une zone englobant 65 pays. C’est un chantier titanesque de nouvelles infrastructures de transport de marchandises entre la Chine et l’Europe.

Selon les paroles de Jean-Pierre Raffarin lors d’un récent colloque tenu au Comité France-Chine, « CE projet est une belle idée géopolitique à un moment où les Américains posent des problèmes à leurs alliés. C’est un véritable basculement stratégique qui est en train de s’opérer ». 

35 euros sont demandés à chaque participant à la soirée, incluant la conférence et le cocktail dînatoire

Pour réserver votre place, écrivez un email à :

Marie-José Taylor - Rotary Club
rc.montfortlamaury.houdan.mjt@gmail.com


Domaine du Verbois
38 avenue de la République
78640 Neauphle-le-Chateau


Renseignements
auprès de Marie-José au 06 11 96 83 67
ou par email à rc.montfortlamaury.houdan.mjt@gmail.com


Notre conférencier, Pierre Dhomps

Consultant spécialisé sur la Chine
 Président d’Energie 7 International.

 34 années d’expériences avec la Chine
 Membre du Cercle d’Intelligence Economique du MEDEF

Pierre Dhomps a écrit deux ouvrages : « réussir en Chine : une longue marche de 30 ans » et le dernier qui vient de sortir « les nouvelles routes de la soie » qui parle du projet ambitieux à l’horizon 2049 de Xi Jinping.

Qu'en pensent les européens ?

L'Europe se divise face au monumental programme chinois des "nouvelles routes de la Soie".

Dans les pays de l'Europe centrale et orientale, c'est l'enthousiasme qui prime face aux investissements chinois. A cette occasion, Pékin a annoncé l'octroi de près de trois milliards d'euros pour des projets, comme la construction d'une ligne de chemin de fer entre Belgrade et Budapest.

En Europe occidentale en revanche, certaines capitales, notamment dans les pays du nord, ne cachent pas leur inquiétude: "une formule sexy pour cacher une ambition de domination mondiale?", s'interroge un diplomate occidental de haut rang.

Dans une tribune dans la presse allemande, l'ancien Premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen craint ainsi que l'Europe ne se réveille "que lorsqu'il sera trop tard et que des pans entiers d'infrastructures en Europe centrale et orientale seront dépendants de la Chine."

L'Allemagne, même favorable aux investissements chinois, exprime également des réserves: "Si nous n'élaborons pas une stratégie face à la Chine, elle réussira à diviser l'Europe", a déclaré son ministre des Affaires étrangères en août dernier.

Paris s’en tient à une ligne médiane similaire. "L'intention de la France n'est pas de barrer la route à la Chine", a rappelé le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian.
"Mais il convient d'établir un partenariat fondé sur la réciprocité en matière d'ouverture des marchés. Nos interlocuteurs chinois préfèrent la formule du gagnant-gagnant. Pourquoi pas ?
A condition que ce ne soit pas le même qui soit deux fois gagnant".

De la France, adepte comme l'Allemagne d'une ligne "médiane", les Chinois attendaient une clarification à l'occasion de la visite d'Emmanuel Macron, début janvier 2018.

Emmanuel Macron a assorti son ralliement d'un avertissement:
"Ces routes sont en partage et elles ne peuvent être univoques", a-t-il lancé. 
"Elles ne peuvent être les routes d'une nouvelle hégémonie qui viendrait mettre en état de vassalité les pays qu'elles traversent".


Rotary Club de Montfort-Amaury - Houdan  
Domaine du Verbois, 38 avenue de la République, 78640  Neauphle-le-Château